Rechercher
  • Sandra Guignot

Déséquilibre acido-basique

Mis à jour : juin 15


Définition


Pour comprendre ce phénomène, il est nécessaire d’évoquer la notion de pH, propre à chaque compartiment :


- pH plasmatique : 7,38 à 7,42

- pH salivaire : 6,5 à 7,4

- pH estomac : 1, 5 à 5

- pH urinaire : 4,6 à 7,8


Afin que l’organisme remplisse correctement ses fonctions (activités enzymatiques, vie cellulaire, métabolisme énergétique entre autres), il sera primordial de maintenir l’équilibre du pH tissulaire et cellulaire entre 7 et 7,4.


Echelle de pH

Grâce à des systèmes dit « tampons » qui neutralise une partie de l’acidité pour la véhiculer vers les organes d’éliminations (poumons, reins, foie), le corps, cette machine puissance et intelligente, travaille en permanence pour réguler cela.


Mais lorsque ce pH devient trop acide, les répercutions ne sont pas attendre : accumulation d’acides métaboliques et d’ion H+ dans les tissus, notamment au niveau cellulaire.



Origines


Elles sont multiples :

  • Sport intensif (acide lactique)

  • Alimentation acidifiante : protéines animales, produits transformés, boissons sucrés ou alcoolisées

  • Surconsommation de sel et déficit en potassium

  • Fatigue,

  • Stress oxydant (voir paragraphe ci-dessous)

  • Capacité moindre d’utilisation, de neutralisation et/ou d’élimination de l’organisme des acides

  • Etc, …

Vous remarquez alors que le sportif est surexposé aux risques d’inflammation.



Classification alimentaire


Comme évoqué ci-dessus, les aliments sont eux aussi

  • Acidifiants

  • Basifiants ou alcalinisants

Attention cependant à leur fausse image ou réputation : leur statut est défini seulement une fois passé dans la barrière de l'estomac (pré-digestion).


Le goût acide ou le pH d'un aliment n'est pas synonyme d'acidifiant.


Exemples :


Le citron (aliment acide) est alcalinisant donc à privilégier (si pas de reflux gastro-œsophagien / remontées acides).


Les abats (non acides en gout) sont acidifiants, donc à limiter.




Des spécialistes ont d'ailleurs mis un en place l’indice PRAL (« Potential Renal Acid Load » = « Charge rénale acide potentielle ») mesurant la valeur d’un aliment.


Attention cependant à ses limites :

- Il ne tient pas compte de la teneur en bicarbonates (basifiant) et citrates

- Il ne prend pas en compte la notion de « quantité » (mais se base sur 100 g d’aliment)


17 vues
  • White Facebook Icon
  • Instagram

SIRET : 821 443 348 000 23

ADELI : 17 95 0189 5

Diététicienne-Nutritionniste

Educatrice sportive

Yoga & Pilates instructeur

: sandra-dietsport@hotmail.com

: 06.28.26.37.14

© 2017 par Sandra Guignot. Créé avec Wix.com